Langue

Devise

Découvrez nos villas

Yves Saint Laurent et Marrakech : tomber amoureux d'une ville

Rédigé le : 10 Juillet 2019
Par : Lola Fleury

Yves Saint Laurent a trente ans lorsqu’il se rend au Maroc pour la première fois, accompagné par son amant de toujours, Pierre Bergé. Il tombe immédiatement amoureux du pays pour sa culture, ses couleurs et son cadre : il dira “Marrakech, pour moi, c’est le paradis”.
Ses visites seront très régulières, jusqu’à deux fois par an à une période, sans aucune lassitude. Sa dernière volonté sera de résider pour toujours dans la ville puisque ses cendres ont été déposées au coeur du Jardin Majorelle à sa mort en 2008.

Retour sur une histoire d’amour, qui a duré plus de 40 ans, jusqu’à sa mort.

Les débuts dans la ville

Les débuts dans la ville

Dès sa première visite, le couple Saint Laurent – Bergé tombe amoureux de la ville. Ils racontent avoir passé 4 jours sans pouvoir sortir de l’hôtel à cause de la pluie torrentielle, avant d’être émerveillés par la beauté et la richesse de la ville le cinquième jour.
Certains disent que Marrakech rappelle à Saint Laurent le Maghreb de sa jeunesse, puisqu’il est né et a grandi en Algérie. 

L’année d’après, le couple achète la maison Dar el-Hanch, “la maison du serpent” au coeur de la Médina. Au fur et à mesure des visites, Saint-Laurent se fait un groupe d’amis sur place, tous artistes (photographes, décorateurs d’intérieur, acteurs, musiciens…). Il reçoit, entre autres, Fernando Sánchez, le styliste, Mick Jagger ou encore Andy Warhol. Les visites du couturier sur place se font de plus en plus fréquentes : la ville est pour lui l’occasion de se ressourcer mais aussi une source d’inspiration presque infinie.

Marrakech : une source d’inspiration pour le couturier

Marrakech : une source d’inspiration pour le couturier

Yves Saint Laurent le reconnaît volontiers : la ville marocaine lui donne des idées pour ses collections. Il dira même “Marrakech m’a ouvert à la couleur” : en effet, il trouve dans les habits des femmes marrakchies des teintes et des mélanges de couleur qu’il incorpore ensuite dans ses collections. 

L’apogée de la période orientaliste de Saint Laurent a lieu dans les années 1970 : Marrakech devient un véritable laboratoire pour le couturier. Il s’y rend au minimum 2 fois par an, en décembre et en juin, et y dessine les futures collections. 
C’est à ce moment qu’il a l’idée de plusieurs de ses pièces iconiques : le caftan revisité, l’intégration de la passementerie marocaine à ses pièces et la cape bougainvillier, en référence au jardin Majorelle. Le créateur fait le choix du mélange des couleurs alors grandement critiqué dans le milieu de la mode et de la réinterprétation des formes traditionnelles marocaines dans un style nouveau.
Ses collections ont pour mot d’ordre la liberté et l’indépendance.

L’acquisition du Jardin Majorelle et de la villa Oasis : le sommet de la relation entre Saint Laurent et le Maroc

L’acquisition du Jardin Majorelle et de la villa Oasis : le sommet de la relation entre Saint Laurent et le Maroc

En 1980, le couple Saint Laurent – Bergé fait l’acquisition du Jardin Majorelle créé par le peintre Jacques Majorelle en 1931. Laissé à l’abandon, le jardin était à l’origine destiné à devenir un “tableau vivant”, selon les termes de son créateur.
Saint Laurent fait de la rénovation du lieu sa mission et ajoute de la couleur au lieu connu pour son “bleu majorelle” : il peint des pots de fleur en “jaune coquille d’or” ou en orange.

Par ailleurs, les amants font l’acquisition d’une maison à côté du jardin, la Villa Oasis. C’est l’ancienne maison de Jacques Majorelle et c’est là que Saint Laurent poussera le plus loin son goût pour le style oriental. La décoration du lieu, très chargée, est constituée d’éléments qu’il chine dans le souk de Marrakech ou chez son antiquaire de prédilection. Il y cherche avant tout des pièces artisanales et originales.

Le musée Yves Saint-Laurent : l’hommage

Le musée Yves Saint-Laurent : l’hommage

Après la mort du couturier, son amant Pierre Bergé décide de lui rendre hommage en ouvrant deux musées à son nom, dans deux villes ayant marqué sa vie : Paris et Marrakech. Le musée Yves Saint Laurent de Marrakech ouvre ses portes en octobre 2017, un mois à peine après la mort de celui qui en était à l’origine, Pierre Bergé. 
A l’intérieur, une salle d’exposition sur l’oeuvre de Saint Laurent, une autre sur le jardin Majorelle, des salles dédiées aux expositions temporaires, un auditorium pour accueillir des conférences et une bibliothèque. 

Le musée est à la fois un symbole et un témoignage de l’amour qu’Yves Saint Laurent a porté pour la ville de Marrakech pendant toutes ces années.

Marrakech est donc, avec Paris, l’une des deux villes ayant marqué la vie du couturier, tant au niveau personnel à travers ses rencontres et ses amitié, qu’au niveau professionnel, dans ses créations pour sa maison de couture.

Pour découvrir Marrakech sur les traces de Saint Laurent, vous pouvez louer une villa dans la Médina, non loin de la première maison de l’artiste ou à côté du Jardin Majorelle, ayant marqué sa vie. Découvrez également les incontournables de la ville aux nombreux secrets.